Foire Aux Questions

Si vous avez des douleurs aux pieds ou aux membres inférieurs, n’hésitez pas à consulter votre podiatre.

1. Quand dois-je voir un podiatre?
2. Est-ce que l’assurance-maladie couvre les frais de visite?
3. Dois-je être référé par un médecin?
4. Quelle est la formation d’un podiatre?
5. À partir de quel âge traitez-vous les enfants?
6. Quels genres de thérapeutiques le podiatre utilise-t’il ?
7. Quelle est la différence entre l’orthèse du podiatre et celle de l’orthésiste ou celle vendue en pharmacie?

 

 

1. Quand dois-je voir un podiatre?

Chaque fois que j’ai une anomalie ou une douleur aux pieds, aux chevilles ou aux jambes, des changements dans mes ongles ou ma peau, ou en prévention comme par exemple si je suis diabétique ou s’il y a un historique héréditaire d’oignon (Hallux valgus) dans ma famille. Ce peut être également pour des problèmes de posture générale. De plus, des déviations du membre inférieur chez l’enfant peuvent être vérifiées. Vos pieds n’ont pas à souffrir : dans la plupart des cas, les problèmes de pieds peuvent être réglés médicalement ou chirurgicalement afin de corriger la déviation, rétablir la fonction et la mobilité en plus de soulager la douleur.

2. Est-ce que l’assurance-maladie couvre les frais de visite?

Au Québec, les traitements podiatriques, les orthèses plantaires et les chirurgies pratiquées par un podiatre ne sont pas couverts par la Régie de l’Assurance Maladie du Québec.  Les coûts sont défrayés par le patient. Toutefois, la plupart des assurances privées remboursent au moins 80 % des coûts, incluant les orthèses plantaires. Il conviendra de vérifier au préalable avec votre compagnie d’assurances pour savoir si les services podiatriques et les frais d’orthèses seront remboursés.

3. Dois-je être référé par un médecin?

Non, ce n’est pas nécessaire. Vous pouvez venir voir le podiatre directement.

 4. Quelle est la formation d’un podiatre?

Les études en médecine podiatrique se comparent à celles du dentiste ou vétérinaire. Le diplôme en médecine podiatrique (DPM) est un doctorat premier cycle obtenu après 4 ans d’études. Le programme comprend une formation générale sur la santé humaine (anatomie, pharmacologie, biochimie, physiologie, histologie, microbiologie, médecine interne, psychologie et autres) en plus de cours spécialisés en médecine podiatrique ainsi que plusieurs stages cliniques. Le podiatre possède donc les notions nécessaires pour déterminer, à l’aide d’examens cliniques et radiologiques, les différentes affections du pied qu’elles soient dermatologiques, neurologiques, vasculaires ou musculo-squelettiques.

5. À partir de quel âge traitez-vous les enfants?

Dès que vous avez des inquiétudes ou des questionnements, vous êtes les bienvenus à consulter un podiatre. Par contre, pour ce qui est des orthèses, à moins de pieds extrêmement plats, elles ne sont pas recommandées avant l’âge de 3 ans car la structure des os n’est pas assez mature.

6. Quels genres de thérapeutiques le podiatre utilise-t’il ?

Dépendamment de la condition du patient, le podiatre peut prescrire et administrer de la médication, faire des injections de cortisone et d’anesthésiant local, procéder à des chirurgies mineures ou correctionnelles (hallux valgus, orteil marteau..), utiliser la thérapie physique, prescrire, fabriquer ou modifier des orthèses plantaires et plus encore.

7. Quelle est la différence entre l’orthèse du podiatre et celle de l’orthésiste ou celle vendu en pharmacie?

Le podiatre a un champ de pratique plus large puisqu’il a une formation universitaire de doctorat premier cycle en médecine podiatrique alors que les orthésistes ont une formation collégiale sur la fabrication des orthèses et prothèses de tout le corps. Ils ont environ 100h sur le pied seulement alors que le programme de médecine podiatrique couvre 2000h sur la théorie et 4000h de pratique en clinique. Le podiatre a un champ de pratique exclusif qui lui permet de faire un évaluation complète (examen, radiographie, analyse vasculaire, dermatologique et neurologique) pour émettre un diagnostic et émettre des options de traitement (pas juste orthèses mais aussi injections de cortisone, chirurgies mineures, prescription de médicament, physiothérapie etc…). Il est le seul professionnel de la santé des pieds. Le podiatre est aux pieds ce que le dentiste est à la dent dans le fond ! L’orthésiste nécessite une prescription d’un médecin puisqu’il ne peut évaluer le patient ni émettre de diagnostique alors que le podiatre est un intervenant de première ligne et ne nécessite aucune référence d’un médecin.